SALLE DE PRESSE

"Le secteur privé fait 75% des investissements en santé"

14 Janvier 2020

Selon les données du ministère de la Santé, 40% des hôpitaux en Turquie sont des hôpitaux privés. Alors que 75 % des investissements en santé sont réalisés par le secteur privé, les hôpitaux privés reçoivent 30 % des dépenses de santé effectuées par SSI.


*** Ce communiqué de presse est à l'origine publiée en turc. 
Google Translate Application traduit cet article au français que vous voyez sur cette page. 
***


ISTANBUL (TR) - Les activités de privatisation se poursuivent dans de nombreux secteurs en Turquie. Les mesures de privatisation prises dans le domaine de la santé contribuent à éviter la charge financière des déficits du secteur public. Le bâtiment et l'équipement ont été renouvelés sans faire peser de charge sur l'État, offrant ainsi de meilleurs soins de santé, selon le médecin-chef de l'hôpital privé d'Ankara Natomed. Dr Ayşegül Akbay, «L'Etat peut contrôler les services de santé par privatisation selon certaines règles et améliorer la qualité des services».

«Les ressources publiques devraient être mises à la disposition du public»

La question qui devrait être prise en compte dans la privatisation n'est pas de créer un financement public, mais de protéger le principe de l'apport de ressources publiques de la manière la plus rationnelle. Le Dr Ayşegül Akbay a déclaré: «Aujourd'hui, 75% des investissements dans la santé sont réalisés par le secteur privé. La part des hôpitaux privés dans les dépenses de santé des SSI est d'environ 30%. La libéralisation de la santé nécessite d'élargir la portée du secteur privé dans la prestation de services et d'encourager l'hospitalisation privée dans ce contexte.

La libéralisation libérale de la santé apportera la stabilité économique

Afin d'améliorer le domaine de l'hospitalisation privée, le public doit être plus sensible. Le Dr Ayşegül Akbay a fait les déclarations suivantes; «Libéral La stabilité économique sera le plus grand avantage que notre pays obtiendra grâce à la libéralisation de la santé. Ainsi, les entreprises qui peuvent utiliser leurs ressources plus efficacement assureront une concurrence plus forte. La valeur ajoutée créée par la libéralisation allégera la charge financière du secteur public et, d'autre part, contribuera au fonctionnement plus sain de l'économie nationale. »